background image

Michel François

(Belgique), né en 1956, vit et travaille à Bruxelles

Les œuvres de Michel François, de la fin des années 1980 à aujourd’hui, forment un corpus d’une étonnante cohérence. L’artiste n’a cessé de développer une activité dont la logique et le caractère organique constituent un système vivant, à la fois autonome et proliférant, auto-référent et contaminant son environnement. Toute l’œuvre de Michel François parle de production, de valeur, de croissance et de circulation, tout en évoquant en même temps des états d’inertie, de décomposition, de perte, de dissémination… L’artiste affirme une volonté de créer une forme de continuité entre ce qui est ou n’est pas de l’art, de questionner le moment de l’art, son amont et son aval. Michel François mène avant tout une recherche sur le métamorphisme, la transformation de la matière, et les relations entre le geste, l’aléatoire, l’insistance et la répétition. Pour autant, il ne s’agit pas de protocole ni de processus. Les gestes se cristallisent en images, la disposition des œuvres devient une mise en scène, un dispositif de vision livré au spectateur dans son artificialité.

Michel François a récemment exposé au Frac Île-de-France (Château de Rentilly), à La Verrière (Fondation Hermès) à Bruxelles, à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne, au Smak à Gand et a mis en scène une pièce au Théâtre de la Cité Internationale de Paris. Il a co-réalisé la Biennale de Louvain-La-Neuve en 2013 et a réalisé la première exposition de la Fondation Casa Wabi à Oaxaca au Mexique.