Julie Béna

1982, France ; vit et travaille à Prague


Nouvelle production dans le cadre d’À Cris Ouverts

De « Miss None & Mister Peanut » à « Rose Pantoponne », Julie Béna a donné vie à un nombre important de personnages et d’avatars, un ensemble de masques, de costumes et d’histoires qu’elle se charge la plupart du temps de revêtir. Marquée par l’univers du théâtre dans lequel elle a grandi et inspirée par nombre de ses formes – de la tragédie grecque aux scènes des bars de nuit – l’artiste ne cesse d’en rejouer les codes dans des installations, films et performances. À la Halle de la Courrouze, c’est à l’univers du peep-show, dispositif théâtral destiné à être vu par une lorgnette et donc par une seule personne à la fois, que J. Béna s’intéresse. Permettant généralement d’apprécier un contenu érotique, le peep-show est ici l’occasion d’aborder la question de la pornographie et le possible renouvellement de ses formes sous un angle féministe.
Who wants to be my horse ? (2018) se présente sous la forme d’un petit théâtre de poche caché derrière des grilles métalliques à l’intérieur desquelles le spectateur pénètre. Ce qui se joue derrière les épais rideaux de velours, c’est une série de tableaux où J. Béna accompagnée d’autres protagonistes traversent plusieurs sexualités féminines, leurs représentations et leurs récits. Parmi elles, Madison Young, militante au sein du mouvement « pro-sex » pour le réinvestissement de l’industrie pornographique par les femmes et les minorités sexuelles, livre un monologue face caméra. Il est entrecoupé par la poésie de l’artiste et musicienne américaine Jamika Ajalon, par les blagues tchèques grivoises racontées avec malice par Dita Lam et Shanta Rao, tandis que l’artiste partage quelques moments qui ont marqué sa propre vie sexuelle.

Who wants to be my horse?, 2018

Halle de la Courrouze

Installation vidéo (32 min)

Courtesy de l’artiste.
Production Les Ateliers de Rennes – 2018.
Avec le soutien de Ars Ultima – Stein & Guillot Foundation