Dan Walwin

1986, Royaume-Uni ; vit et travaille à Amsterdam


Puisant dans l’univers de la recherche scientifique, Dan Walwin construit des espaces fictionnels et spéculatifs qui semblent hors de la linéarité de notre temps et où les logiques ne paraissent plus édictées par la centralité de la présence humaine. En chorégraphiant la captation de paysages ordinaires à l’aide d’une caméra avec contrôleur de mouvement, ses films nous proposent une expérience spatiale et sensorielle déconnectée de nos corps. Les mouvements, le sens des échelles et des directions – peut-être animales ou post-humaines – ne nous sont plus tout à fait familiers. Le son, la multiplicité de panneaux, de tubes métalliques et la présence de tout un référentiel d’appareils, visent par ailleurs à recomposer un environnement que l’artiste qualifie « d’espace émotionnel ». Pour cette nouvelle production intitulée Bridge with sound (2018), D. Walwin a conçu une double installation pour les couloirs qui encadrent le patio du Musée des beaux-arts. Ces passages, que l’on pourrait se laisser aller à imaginer comme des tunnels creusés par des animaux, ont été dessinés en référence aux antichambres funéraires de l’Egypte Antique, où les barges du Soleil accompagnaient les défunt·e·s dans leur long cheminement entre la vie et la mort. À cet univers souterrain et symbolique répondent les images qui défilent sur des écrans suspendus, des paysages filmés au drone, marqués par l’influence de l’homme mais d’où il semble avoir disparu. En traversant ces deux espaces qui se ressemblent sans être exactement les mêmes, le son, les jeux d’échelle, de double et de détails instillent une progressive désorientation, une sensation de trouble.

Bridge with sound, 2018

Musée des beaux-arts de Rennes

Installation, matériaux divers

Courtesy de l’artiste.
Production Les Ateliers de Rennes – 2018.
Avec le soutien de Mondriaan Fund et Fluxus Art Projects.