Anne Le Troter

1985, France ; vit et travaille à Paris


Nouvelle production dans le cadre de À Cris Ouverts

Les installations sonores d’Anne Le Troter sont peuplées de voix. Au cours des dernières années, on a pu y entendre des enquêteurs téléphoniques réciter des phrases pré-écrites, des prothésistes dentaires balbutier ou encore des aficionados de l’ASMR (technique de relaxation sonore) chuchoter à nos oreilles. Pour cette artiste, chez qui les références sont tout autant du côté de la littérature que des arts visuels, la parole est un champ d’investigation en soi. Le texte s’y incarne et s’y crée dans une mécanique matérielle des corps. Cependant, si la bouche est présente à travers bégaiements et soins dentaires, A. Le Troter s’intéresse surtout à la façon dont le langage se formalise en normes (jargons de communautés, vocabulaire dit « corporate », langage scientifique ou psychanalytique) qui organisent les corps.
Pour cette nouvelle production intitulée The Four Fs: Family, Finances, Faith and Friends [Les quatre F : Famille, Finances, Foi et Amitiés], A. Le Troter est devenue cliente d’une banque de sperme privée implantée dans le sud des États-Unis. Elle s’est tout particulièrement intéressée aux voix des employé·e·s (à 90 % des femmes) auxquel·le·s la firme demande de décrire le physique et le caractère des donneurs dans le but de compléter leur portrait anonyme. Destiné à faciliter le choix des client·e·s dans le catalogue, ce portrait est créé à partir de divers éléments : une photo du donneur enfant, l’enregistrement de sa voix répondant à des demandes telles que « Le donneur  5417 nous parle du type de choses qui le rendent heureux », l’enregistrement de la voix de l’employé·e le décrivant, et enfin, un paragraphe-portrait résumant ces informations intitulé « apprenez à connaître le donneur ». Pour cette installation, A. Le Troter nous fait pousser la porte d’une chambre froide où pendent des rideaux constitués de paillettes, ces petits tubes spécifiquement conçus pour une cryoconservation du sperme humain. Là, dans cette petite salle les centaines de voix féminines ont été compilées et mixées dans une répétition de numéros d’immatriculations et d’adjectifs qualificatifs donnant l’impression d’une comptine aux accents étrangement préadolescents. Dans un aquarium, des lentilles de contact colorées se meuvent dans une suspension rassurante et attractive, tandis qu’un diaporama de portraits tourne en boucle en écho à la mécanique des voix. A. Le Troter nous donne à voir et entendre les rouages de la commercialisation de nos désirs de reproduction, de ressemblances et de différences, d’unicité et de succès, laissant planer une évidente ambivalence entre désir d’émancipation et aliénation.

The Four Fs: Family, Finances, Faith and Friends, 2018

Halle de la Courrouze

Installation, matériaux divers

Courtesy de l’artiste.
Coproduction Fondation d’Entreprise Ricard et Les Ateliers de Rennes – 2018.